Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: 3
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.2
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0014
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0014
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 3 —

c'est d'esquisser les progrès du Koran parmi des populations lan-
guissantes dans l'inertie de la simple nature, séparées du reste
de l'univers, en un mot, aussi ignorantes qu'ignorées; de
constater l'influence exercée sur elles par l'islamisme, d'énu-
mérer les mcdarsa « écoles », où l'on enseignait en même
temps la langue de Mahomet, sa doctrine et son code, à des
hommes avilis par le fétichisme; enfin, d'expliquer la suc-
cession des faits par la nomenclature des hommes et de leurs
écrits; méthode défectueuse, sans doute, mais conforme
au modèle que j'ai sous les yeux, le Tekmilet ed-dibadje.

Ahmed-Baba nous ouvre des horizons nouveaux; il nous
apprend des faits dont on ne soupçonnait point l'existence. Son
livre contient, entre autres, quinze notices sur des docteurs, nés
pour la plupart dans la Tombouclie ou venus là pour la pré-
dication, et se termine par son autobiographie. Dans celle
espèce de dictionnaire, disposé par ordre alphabétique, comme
ceux d'Ibn-Khallicàn et d'Ibn-Ferhoun, il esi question d'écoles
fréquentées par un grand nombre de thâleb ; de -.professeurs!
écrivains eux-mêmes, expliquant en arabe les ouvrages con-
sacrés par la tradition de la secte de l'imam Malek; de biblio-
thèques relativement considérables, œuvres des lettrés du
Soudan ; et de princes entourant les hommes de science de leurs
encouragements et de leur bienveillance empressée.

Le programme de l'instruction supérieure, au point de vue
Maléki, s'y trouve en entier : il est vrai qu'il faut l'y cher-
cher, la plume à la main, en puisant un peu dans chaque
biographie. A part cette difficulté, qui est inhérente à la
nature de l'ouvrage, on parvient à suivre la marche des prin-
cipes répandus dans les masses par les grands écrivains de
l'islam, et l'on remarque avec surprise qu'à l'origine de la
propagande, l'enseignement donné à la jeunesse de ces con-
trées avait déjà atteint le même niveau que celui des univer-
sités de Gordoue, de Tunis, de Bougie, de Tlemcen et du
Caire.
loading ...