Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: 12
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.2
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0023
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0023
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
pour s'enfoncer dans le cœur du Soudan. Il parcourut succes-
sivement Tekra , ï r_Slj , Kachènc . t y„:l,_^^, et Kanou ,

^û._À~^, Dans les deux premières villes, il enseigna publi-
quement la science du Koran ; dans l'autre, il ouvrit un
cours de jurisprudence. De là il passa à Karou ou Tchiarou

suivant la prononciation locale, et fut invité par
El-hadj-Mohammed, qui en éiait le gouverneur, à rédiger une
note sur différentes questions de droit. Il était depuis peu dans
cette ville, lorsqu'on vint lui apprendre que son fils avait été
assassiné par les juifs de Touat. 11 repartit et mourut presque
au moment de son arrivée. On a répandu le bruit qu'un juif
ayant uriné sur sa tombe, fut frappé de cécité au même insiant.

*j~--3 jL ïj^J:) ^jaxtù ,^ JL^.j

Au rapport de ses contemporains, El-Mriii était d'une nature
hardie et entreprenante. Animé d'un zèle outré pour la doc-
trine du Koran, il employait son éloquence à fanatiser les
populations ignorantes du désert ; et c'est peut-être à cette époque
qu'il faut placer l'origine de cet esprit d'intolérance qui a fermé
l'Afrique centrale aux bienfaits de la civilisation, en repoussant
les races plus éclairées et plus industrieuses.

Le prédicateur du Touat eut pour maître, le célèbre imam
Abd-errahman-et-lsaalebt (i I ), dont les cendres reposent à Alger
dans la mosquée de Bab-eî-Oued , et pour élève, El-Aakib-el-
Ansamani. Ses productions sont assez nombreuses. Voici le
litre de celles qui sont parvenues à ma connaissance :

i° Mesbah el-aroua.il fi ouçoul cl flah « la Lampe des âmes
ou Explication des principes du bien », deux cahiers. Cet
opuscule fut. l'objet d'une critique sévère de la part de Se-
nouci et d'Ibn-Razi.

2" Moiirni en-nebil fi eharah mokhtaçar Khelil « Manuel suf-
loading ...