Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: 18
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.2
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0029
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0029
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 18 —

du Prophète. Seulement, je ferai remarquer qu'El-Razali et
Soyouthi se sont prononcés pour l'opinion contraire. Le pre-
mier dit que pour implorer Dieu il faut réciter la première
sourate du Koran , et il ajoute que la Bible et l'Évangile ne
renferment aucun chapitre d'une efficacité aussi merveilleuse.
Le second appuie son assertion sur un passage du Tsouab de
l'imam Alha-Allah, ainsi conçu : « Mahomet a dit aux vrais
-croyants : Voulez-vous obtenir la réalisation de vos vœux,
prononcez la fatiha tout entière. »

X. — Mohammed-ben-Ahmed-ben-Abi-Mohammed-et-Tekrati
reçut le surnom de Aida-Ahmed. Dans le dialecte de son pays,

le mot aida, J>^\, signifie aberkâne c'est-à-dire fils

(-12). — 11 possédait une vaste intelligence et le don de la mé-
moire. Instruit dans toutes.les parties de la science, il excellait
dans la connaissance du droit et des hadis, et n'était point
ennemi de la controverse. Ses études furent dirigées à Tekra
(43), qui était sa patrie, par son grand-père, le fakih El-Hadj-
Ahmed-ben-Omar et par son oncle maternel Ali. C'est dans
cette ville qu'il vit l'imam El-Mriii et assista à ses leçons.
Lorsqu'il partit pour l'Orient, il accompagnait notre honorable
professeur Mahmoud. Là, florissaient des hommes d'un talent
supérieur , tels que Borhan-Eddine-El-Ka!kachandi, Borhan-
Eddine-Ibn-Abi-Chérif, Abd-EI-Hakk-Es-Sonbàlhi, Zakaria , le
pontife de l'islamisme et les deux. Lakkànî. Il consacra tout
son temps à entendre de leur bouche l'explication des préceptes
de Mahomet et des exemples qu'il a donnés au monde. Ainsi
se forma à l'école des grands maîtres son érudition en matière
de hadis. Pendant son séjour à la Mecque, des diplômes de
licence lui furent délivrés par Abou'1-Barakat-En-Novaïri, cou-
sin du précédent, Abou-Taïeb-El-Bousti cl Ali Ben-Kâcer,' qui
était né dans la province du Hidjaz.

Après avoir accompli le pèlerinage, il rentra auSoudan et se
fixa à Kachène, dont le Gouverneur le traita avec une considé-
loading ...