Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: 25
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.2
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0036
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0036
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
rhétorique. Les livres qu'il a écrits sur la doctrine du soufisme,

XVII. — Mohammed, fils cTàbou-Bekr , était né à Ounkra,

partie de son existence, il portait le nom de Barirou,

Quelques-uns des manuscrits que j'ai vus l'appellent Bariou'ou
avec un aïn à la fin. C'était un jurisconsulte habile dans
toutes les branches du droit, juste et craignant Dieu. Il était
du nombre de ces pieux croyants dont la vertu égale la science,
bienfaisant par instinct, rempli de bonnes intentions. Doué
d'un cœur pur et innoncent, il aimait à supposer que tous
les hommes sont bons. A ses yeux, tous semblaient égaux,
tant il en jugeait bien, tant il lui était difficile de croire au
mal. Plein d'empressement à rendre service, il se sacrifiai*
pour le bien du prochain, et souffrait des peines d'autiui. Il
s'appliquait à rétablir la paix parmi les hommes, les exhortait
sans cesse à l'amour de la science et an dévouement qu'il faut
pour la répandre. Toute sa vie fut consacrée à l'enseignement.
Il aimait les amis de la science, et leur témoignait toute espèce
d'égards; il leur partageait avec libéralité ce qu'il avait de
plus précieux en fait de manuscrits, et jamais dans la suile il
ne les réclamait, quelque rares qu'ils fussent. Il leur prodigua
de cette manière sa bibliothèque tout entière (que Dieu lui en
sache gré!). Lorsqu'un étudiant venait à sa porte demander
un livre, jamais il ne lui donnait un refus, bien que souvent
cet homme lui fut inconnu. Et ce qu'il y a de plus étonnant
dans cette munificence, dont il n'alleudait sa récompense (pie
du ciel, c'est qu'il était passionné pour les livres, et qu'il
faisait beaucoup de frais pour en acheter ou en obtenir des
copies. Un jour, il m'en souvient, je vins a lui pour lui de-

postérité.

ne sont pas les seuls qu'il ait légués à la

mais il habita Tombouctou pendant la plus grande
loading ...