Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: 42
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.2
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0053
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0053
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 42 —

les mœurs arabes se sont conservées dans le cœur de l'Afrique,
est un fait bien remarquable, et la meilleure preuve que le
désert est la vraie patrie de l'Arabe (21).

De tous les faits qui précèdent on peut conclure que, pen-
dant les XIVe, XVe et XVIe siècles, la civilisation et les sciences
florissaient au même degré sur presque tous les points du
continent que nous étudions; qu'il n'existe peut-être pas une
ville, pas une oasis, qu'elles n'aient marquée de leur empreinte
ineffaçable, et surtout, que la race noire n'est pas fatalement
reléguée au dernier échelon de l'espèce humaine, comme l'ont
admis certains philosophes.

(1) L'ouvrage d'Abou-Abil-AUah-Moliammed , plus connu sous lo nom
d'Ibn-Batoutab , a pris, depuis plus de quarante ans, un rang honorable
dans l'histoire de la géographie au moyen-âge. Deux orientalistes distin-
gués, MM Defrémery et Sanguinetti, ont entrepris de le publier en arabe
et en français ; ils ont déjà fait paraître les trois premiers volumes sous
les auspices de la Société asiatique de Paris On lit dans la préface qu'ils
ont rédigée : « Après vingt-quatre ans de voyages, de 1523 à 1349,Ibn-
Batoutah regagna sa patrie.... Un dernier voyage d'Ibn-Batoulah ne devait
pas ôtre le moins long ni le moins curieux : en Tannée 1351 il partit de

Fez pour explorer le Soudan ou pays des noirs..... Il est ainsi, observe

un savant géographe, le premier des voyageurs qui ont pénétré dans le
centre de l'Afrique, parmi ceux dont la relation est parvenue jusqu'à

NOTES ET ÉCLAIKCISSEJIEXTS.
loading ...