Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: 47
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.2
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0058
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0058
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 47 —

l'équivalent de benou, oulàd (fils). Le dal est souvent confondu avec le ta.
Quant au mot abarkâne, il appartient à la langue des nègres de Tom-
bouctou, qui était celle de l'auteur.

(13) Je n'ai trouvé Tekra ni dans la géographie d'Aboulfèda , ni dans la
relation des voyages d'Ibn-Batoutah , ni dans l'histoire des Berbères par
Jbn-Kaldoun. Le seul nom qui s'en rapproche est celui de Takda ou
Takedda, ville du grand désert située à 40 jours de Bornou , et à 70 de
Touat.

(14) Non loin de la Caaba, dans la cour de la mosquée de la Mecque,
s'élève une construction carrée qui recouvre le puits de Zemzem, cette,
source qu'un ange fît jaillir au moment où Agar, errant dans le désert,
voilait sa tête pour ne pas voir son fils Ismaël expirer dans les tourments
de la soif Les musulmans s'imaginent qu'il suffit de boire de l'eau de
Zemzem pour se procurer une bonne mémoire.

(15j Voir VHistoire de l'Afrique par Ibn-Abi-Dinar-el-Kaïrouani, tra-
duite en français par MM. Pellissier et Rémusat, p 8. — L'historien de
Tunis donne au conquérant de Tombouctou le nom de Mahmoud-Pacha.

(16) Le pays de Sous-ei-Aksa, situé près de la mer, à l'entrée du
Sahara, au sud de l'empire du Maroc, est remarquable par sa fertilité, bien
qu'il touche au désert. Il appartient à (les races mélangées de Berbères
Masmoudiens.

(17) La biographie de Sidi-Khelil que j'ai extraite du Tekmilet ed-
dibadje, a été imprimée en tête du texte du Moktaçar par les soins de
M. Reinaud. (Impritn. impér. 1856.) C'est le document le plus étendu et
le plus véridique que l'on possède sur ce juriste éminent. La notice
rédigée par El-Karafi contient des détails qui ne sont pas sans intérêt.

(18) Ahmed-ben-Haçan-ben-Ali-ben-el-Katib-ben-el-Konfoud naquit à
Constanline, en 740 fde J.-C. 1539.] 11 a écrit une monographie de sa
patrie sous la dynastie berbère des Hafsites, et l'a intitulée : El-Faresia,
la Farésiade. (Voyez les extraits que j'en ai publiés dans le Journal
asiatique, nos de mars 1849, septembre 1832, etc.) Voici quelques-uns des
ouvrages qui ont popularisé son nom dans les collèges de l'Afrique :
Commentaire en cinq volumes sur la Riçâla d'Ibn-Abi-Zeid (jurisprudence);

— Commentaire en cinq volumes sur les hadis, intitulé Bounïa el-islam ;

— Annotations au livre d'Ibn-el-Hadjeb ; — Notes sur l'abrégé d'Ibn-el-
Benna ; — Tableau des successions; — Cénéalogie des chérifs; — Imi-
tation du Prophète; — Vie de Sidi Bou-Médiène, patron de Tlemcen; —
Tablettes nécrologiques des traditionalistes:; — Moyen facile pour recon-
loading ...