Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: 52
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0063
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0063
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— m —

marque devant être attribué aux balles des arabes, dont
l'amphithéâtre porte plus d'une trace. Ces deux lignes parais-
sent avoir été gravées en même temps que les deux ou trois
poignards à lame recourbée et à la garde surmontée d'un
croissant que mon dessin reproduit.

L'inscription n° 3 a la physionomie beaucoup plus berbère
que la première. Quelques-unes des lettres qui la composent
sont identiques à certains caractères de l'inscription de Tougga,
retrouvés dans l'alphabet des Touareg. Mais beaucoup d'autres
peuvent passer pour des signes numériques arabes.

Les dévastations journalières opérées par les arabes dans
l'amphithéâtre d'El-Djem m'ont fourni l'occasion de remarquer
que la face interne de la plupart des pierres porte ces quatre
lettres peintes en rouge :

DPSC

Ce tétragramme servait-il à opérer la pose des pierres?
Il n'existe, d'ailleurs, ainsi que vous le savez, Monsieur,
aucune inscription latine dans l'amphithéâtre d'El-Djem.

Veuillez agréer, Monsieur, l'assurance. ..

Ch. TISSOT,

Vice-Consul de France à Tunis.
loading ...