Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: 88
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.4
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0099
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0099
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 88 -

« Autel érigé à Mercure, très grand, par Lucius Julius, fils
de Lucius.....Il a acquitté ce vœu de ses propres deniers. »

Je ne crois pas qu'il soit possible de compléter celte ins-
cription. La pierre sur laquelle elle a été gravée, est couchée
sur le sol d'Arsacal, ù 100 mètres environ de celle qui déco-
rait l'arc de triomphe d'Adrien. Quant à l'épitaphe dont j'ai
parlé plus haut et qui n'offre de remarquable qu'un nouvel
exemple de longévité, c'est à la fontaine dite Aïn-en-Nasara
« la fontaine des chrétiens » que je l'ai lue sur un cippe orné
d'un croissant et d'un miroir. La partie droite du monument
étant mutilée, je n'ai pu déchiffrer que les lignes suivantes :

N° 9.

D . M .
I VLIA.
VICTOR!
NA . V .
A.LXXX.
H. S. E.
O.T.I5.Q.

Dis Manibus. Julia Victorina vixit annis octoginta. Hic sita
est. Ossa tua benè quie&catit!

« Aux Dieux mânes. Julia Victorina a vécu 80 ans. Elle est
enterrée ici. Que tes os reposent en paix ! »

Encouragée par les suffrages qui ont accueilli sa première
publication , la Société Archéologique de la province deCons-
tantine a pensé que le meilleur moyen de mériter l'attention
des savants et de féconder le champ de la science, c'était de
briser le cercle étroit où elle s'était confinée, de se lancer à
la recherche des faits nouveaux et d'entreprendre l'élude des
monuments inédits. En changeant son programme, elle a donc
imposé à ses membres l'obligation de modifier la nature de
leurs travaux. C'est ce qui explique pourquoi j'ai préféré l'cx-
loading ...