Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: 92
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.5
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0103
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0103
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 92 —

sache, n'a parlé des ruines de Sidi-Medien : aucune synonymie
n'a par conséquent été proposée. Je suppose que cette cité
était la Colonia Val lis.

1° En raison des distances que marquent les itinéraires
entre Colonia Vallis, Carthage etBisica Lucana, et qui s'accor-
dent, à peu de choses près, avec les distances qui séparent
actuellement Sidi-Medien de Carthage et de Medjez-el-Bab.

2° En raison de l'absence de ruines aussi considérables sur
les points qui pourraient également convenir à la localité dont
parlent les itinéraires.

3° En raison de la situation même de Sidi-Medien dont la
topographie justifie le nom de Colonia Vallis : cette vallée de
l'Oued-Melah, qui sépare en deux parties la ville antique,
justifie le nom donné à cette localité.

4° En raison du fragment de colonne portant le nom de
Colonia Vallis, que j'ai trouvé, non pas, il est vrai , à Sidi-
Medien, mais dans le mur d'un abreuvoir voisin où ce frag-
ment n'a pu être apporté que de Sidi-Medien. Celte Sebbala
dépend d'un enchir nommé Ksar-et-Tir, donl les limites s'éten-
dent jusqu'à l'Oued-Melah, en face de Sidi-Medien.

Je regrette de ne pouvoir développer le premier de ces
motifs : j'écris cette lettre de la Marsa, où j'ai accompagné
M. le chargé d'affaires de France, et je n'ai sous la main ni
les itinéraires, ni le livre de Mannert. Mais il vous sera facile,
Monsieur, la position de Sidi-Medien vous étant connue,
d'apprécier à sa juste valeur l'hypothèse que je me borne à
vous soumettre.

Les inscriptions nos 2 et 3, sont également encastrées dans
l'abreuvoir de Ksar-et-Tir « le château de l'oiseau. »

Les nos 4 et 5 ont été trouvés dans les ruines de Sidi-
Medien.

Quant aux nos G, 7, 8 et 9, ils ont été déjà , si je ne me
trompe, l'objet d'une communication de la part de M. Alphonse
Kousseau , notre ami commun.
loading ...