Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: 98
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.8
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0109
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0109
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 98 —

tude de ma copie. La vôtre est venue la confirmer sur beau-
coup de points, la compléter ou me permettre de la rectifier
sur quelques autres. Elle me sera très utile, et je vous remercie
sincèrement d'avoir eu la bonne pensée de me l'envoyer.
Je lis ainsi cette inscription :

t ENTADE KO
IMKEITETÉS
M AKARIAS M NÉ
MES OVLPIA Ê KAÎ
5 KONSTANTIA
BVZANTIA
GEINAMÉNÈ
TV G AT È II ORÊ
AS TES ATLIAS
10 ZÈSASA EN El
RÊNE ÈTÈ Z

t Énlàde koim(êlheisa) keîle(1) tes makarias mnêmês Oul-
pia,êkai Kônstanlia, Buzantia geinaménè, Ihugatêr Orêas
tes athlias, zêsasa en eirênê été z.

f Hic repulta jacet beatœ memoriœ Ulpia, quce et Constantia,
nalione Bymntina, filia Oreœ infelicissimœ, quœ viœit in pace
annos septcm.

J'ai lu distinctement un 0 à la fin de la première ligne. Je
suis sûr des lettres OV que vous avez vues aussi, à la 4e ligne;
je suis moins sûr des dernières lettres de ce mot, LPIA. La
fin de la ligne, ÉKAI est certaine.

A la 7e ligne j'avais lu G EN A MENÉ, vous avez lu GÈNAMENÉ,
qui se rapproche d'avantage de la véritable leçon.

fl) Pour Keîlai, qui se prononçait de môme.
loading ...