Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: 102
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.10
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0113
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0113
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
SUR UNE INSCRIPTION ARABE

TROUVÉE A COISSTANTINE.

En visitant le palais de l'ex-bey Hadj-Ahmed, qui est devenu
la résidence du commandant supérieur de la province, j'ai
remarqué, dans la salle des archives du bureau arabe, une
table de marbre blanc, d'un mètre de long sur soixante centi-
mètres de large, ornée d'une très belle inscription arabe, qui
vient expliquer plusieurs faits intéressants de la monographie
de Constanline, savoir :

1° La date de la construction de la mosquée de Souk-el-
Rezel, convertie par nous en église catholique;

2° Le nom du véritable fondateur de cet édifice;

3° L'acte tyrannique du bey, qui fit substituer son nom à
celui du fondateur.

On voit, en effet, au premier tiers de la cinquième ligne,
un trou carré, creusé avec soin dans le marbre, et au fond
duquel a été gravé, par une main peu habile, le mot^^vcs.
nom du bey Kolian-Hucein-bou-Koumia.

Ce prince succéda à Ali-Bey-ben-Salah, en l'année 1125 (de
J.-C. 1713). 11 était brave et belliqueux. Chargé par le pacha
d'Alger de diriger une expédition contre Tunis, et d'établir
sur le trône le prétendant que des intrigues de cour en tenaient
loading ...