Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: 107
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.10
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0118
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0118
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 107 —

t Taltubt, qui est sur les bords de l'Aïn-Yakout, au N.-E.,
à 4 lieues d'Oum-el-Asnab, et à huit S.-S.-O. de Constantine,
était autrefois une ville considérable ; mais, à présent, elle
est toute couverte de poussière et de décombres. Hassan
(Huceïn), le bey régnant de cette province, fit tirer, il y a
quelque temps, de ces ruines, plusieurs colonnes de beau
granit, tout entières et d'égales grandeur et grosseur. Elles
ont douze pieds de hauteur, et fond le principal ornement de
la nouvelle mosquée que ce bey a fait bâtir à Constantine. »

Ce qu'il y a de vrai dans l'assertion du célèbre voyageur,
c'est qu'une partie des colonnes employées dans l'édifice dont
il est question, proviennent réellement de Taltubt, mais elles
ont été transportées de l'emplacement des ruines romaines à
Constantine par l'ancêtre de Ben-Djelloul.

Quant aux données relatives à la ville de Taltubt, elles sont
iiès inexactes; ce qui prouve que le docteur Shaw s'est plus
d'une fois contenté d'enregistrer dans son ouvrage les rensei-
gnements erronés que lui fournissaient les indigènes.

Aujourd'hui nous savons que les ruines désignées par le
mot berbère Tatlubt ou Taltubel, qui signifie ail, sont les
restes d'un poste militaire situé à quatorze lieues de Constan-
tine, vers le sud, entre le Djebel-Guerioun et le Djebel-el-
Hanout, sur la rive gauche de l'Oued-Lercha. On les divise en
deux parties : le grand Tattubt et le petit Taltubt.

A. CHERBONNEAU.
loading ...