Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: 125
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.12
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0136
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0136
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 125 —

guerres puniques qui durèrent de 264 à 146 avant J.-C. Je nie
bornerai à ce qui concerne notre sujet. La troisième de ces
luttes acharnées commence l'an 150, après que les consuls de
Rome eurent frauduleusement désarmé les Carthaginois. Ceux-
ci résistèrent néanmoins pendant trois ans, avec le courage
du désespoir, et ce fut seulement l'an d46 que fut prise et
détruite la capitale phénicienne de l'Afrique. Elle avait subsisté
732 ans. Moins de quinze ans après sa destruction (152), le tribun
du peuple C. Gracehus y conduisit une colonie de six mille
hommes; mais il parait que les colons romains se montrèrent
d'abord plus occupés de tirer profit du riche territoire de
Cannage que d'en relever les édifices ; aussi, quarante-trois
ans plus lard (89), Marins proscrit put venir chercher, au
milieu de ses débris, un asile que ses ennemis lui refusaient.
Sous les empereurs elle acquit une telle importance qu'elle
passait pour la seconde ville de l'Occident, et dans le IVe siècle
de l'ère chrétienne elle était le chef-lieu du diocèse d'Afrique,
Le gouverneur-général y avait sa résidence. Elle possédait une
manufacture impériale d'étoffes précieuses, administrée par
un procurator.

Les bâtiments de la nouvelle Carthage se faisaient admirer
par leur splendeur et leur régularité. On y voyait des écoles
el des gymnases. Elle fut encore embellie de magnifiques
monuments par Dioclélien : mais les troupes de l'usurpateur
Maxime, fils de Maximien , la ruinèrent presque entièrement.
Relevée par l'influence protectrice de Constantin elle redevint
plus que jamais florissante. L'an 610, la flotte de Carthage
amena à Constantinople le jeune Héraciins qui fut proclamé
empereur. Dans ces dernières années, ce prince vit naître la
puissance menaçante des sectateurs de Mahomet ; et bientôt,
malgré les efforts du patrice Jean, général de l'empereur
Léonce, la capitale de l'Afrique passa pour jamais sous le joug
des Arabes (698). Hassan, qui fit celte importante conquête
pour le kalife Abd-el-Melik, détruisit de fond en comble celle
loading ...