Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: 131
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.13
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0142
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0142
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 131 —

n'étant composées que de lettres douteuses, je me suis abstenu
de les reproduire.

Le terrain sur lequel s'exécutait notre exploration, est situé
en face et à 300 mètres nord-est de Kreneg. Sa superficie peut
être évaluée à 10 ou 12 hectares que les indigènes ont mis en
exploitation depuis longtemps. 11 est traversé par une ancienne
voie romaine encore en usage aujourd'hui, laquelle se dirige
en droite ligne vers le nord, probablement sur Chullu, l'une
des quatre colonies Cirtensiennes.

C'est à peu de dislance de là que se trouvent les fameuses
carrières d'où l'on extrayait l'argile propre à la confection
des vases, des lampes funéraires et surtout des conduites
d'eau, qu'une longue série de siècles n'a pu altérer.

Peu satisfaits des résultats de nos recherches, nous nous
éloignâmes de ces lieux en marchant vers l'enceinte de Tiddis,
dans l'espoir que la chance nous y favoriserait davantage,
mais notre attente fut péniblement trompée, car nous n'y
aperçûmes aucun monument épigraphique, pas même ceux
que MM. Léon Renier et Creully y avaient trouvés, trois ans
auparavant. J'ai appris depuis que ces Messieurs avaient eu
la précaution de recouvrir de terre ces quatre monuments afin
de les préserver des injures de l'air.

Cette localité est comme Constantine située sur le couron-
nement d'une montagne environnée, du sud-ouest au nord-
est, par le Rummel qui roule ses eaux tumultueuses dans un
ravin profond. La crête qui regarde l'est est de même bordée
d'infranchissables escarpements depuis le milieu de la mon-
tagne jusqu'au sommet. Le seul point accessible aux surprises
de l'ennemi était le nord-est, où venaient aboutir les routes
de Collo, deRusicadaet de Milev (I), mais les habitants avaient

(i) Ici vient se placer une observation très importante que nous em-
pruntons au premier rapport adressé le 17 décembre 1852, à M. le Ministre
de l'Instruction publique et des Cultes par M. Léon Renier, sur les villes
dont les noms sont mentionnés : « Trois des inscriptions que j'ai re~
loading ...