Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 2.1854/55 (1855)

Seite: 173
DOI Artikel: 10.11588/diglit.13590.15
DOI Seite: 10.11588/diglit.13590#0184
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1855/0184
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 473 —

grands que ceux du reste de l'inscription et dont je ne saurais
fixer le sens, occupe un coin de la pierre, à l'extrémité de la
5ft et de la 6e ligne. Les lettres Dat..s m'ont paru former les
éléments du cognomen Vatius. Ururia est un nom qui parait
pour la première fois dans les épitaphes de la ville. Tous les
datifs féminins sont terminés par un e au lieu d'un se. A la
4e ligne, MENSEX représente MENS. SEX; les deux s ont élé
contractés en un seul. L'inscription est entourée d'un encadre-
ment à façon et décorée de trois sauterelles grossièrement
sculptées et de dimensions différentes : elle a été déterrée au
camp des Oliviers. La copie que le lecteur a sous les yeux
reproduit parfaitement le modèle. Ce qui lui prête un intérêt
réel, ce sont les observations faites au sujet du père par
M. Léon Renier. Je les extrais d'une lettre qu'il m'écrivait
en réponse à l'envoi de l'épilaphe, le 8 novembre 1855 :
« Ce Sarior arenarius, dit notre savant confrère, était un
faiseur de reprises, un raccommodeur d'habits, qui, en même
temps, était membre du collège des Arenarii, et avait
dans cette association le titre de magister. C'est ainsi que dans
nos villes de Flandre, d'Artois et de Picardie, il y a des
sociétés d'archers et d'arbalétriers, dont les membres exer-
cent d'ailleurs toute sorte de métiers. »

N° 54.

IPOPOTAMIA. NAVIS.

Vers la fin de l'année 1855, c'est-à-dire quelque temps après
la publication de l'Annuaire de 1853, où j'ai eu l'occasion de
parler des fouilles dirigées avec tant de soin par M. le maire
de Constantine, au-dessous de la tour de l'ouest, une galerie
fut pratiquée sous les décombres, à gauche de l'hypogée de
Prsecilius. Ce couloir souterrain aboutit à une muraille épaisse,
parfaitement crépie, dans laquelle sont pratiquées des espèces
de meurtrières, et il se termine par un caveau adossé au ro-
loading ...