Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 3.1856/57 (1858)

Seite: 25
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9388.4
DOI Seite: 10.11588/diglit.9388#0037
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1858/0037
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Les Arabes racontent que, du temps de Hadj-Mustapha-
English, bey de Conslantine, qui régnait vers l'an 1797 de
l'ère chrétienne , les baigneurs éluvistes de cette ville adres-
sèrent à ce prince, dont l'insatiable avidité pressurait inces-
samment les populaiions, une singulière requête. A cette
époque il existait, sous les remparts de Constanline et les
assises de la Kasbah, dans les flancs mêmes des roches sécu-
laires qui servent de base à cette ville élevée, à 644 mètres
au-dessus du niveau de la mer; il existait, disons-nous, une
source d'eaux thermales alimentant un bain public. Les bai-
gneurs indigènes, surchargés d'impôts, exposèrent au bey que
ce bain, fréquenté par les riches comme par les pauvres, por-
tait un préjudice notable à leurs établissements ; qu'il leur

5
loading ...