Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 3.1856/57 (1858)

Seite: 39
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9388.4
DOI Seite: 10.11588/diglit.9388#0051
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1858/0051
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 39 —

sion de langue latine, rien n'y manque : monographie complète,
depuis la naissance jusqu'à la mort, terminée par une pointe
de philosophie ad usum morlalium, qui nous rente!, fort à
propos, en mémoire ce quatrain gravé autrefois au-dessus de
la porte du cimetière Saiul-Séverin, à Paris :

Passant, penses-tu point passer par ce passage.

Où pensant, j'ai passé?
Si tu n'y penses point, passant, ta n'est pas sage;
Car, en n'y pensant point, tu t'y verras passer.

C'est donc un riche épicurien, un homme de bon ton, ayant
mené joyeuse vie, qui raconte franchement sou existence,
l'existence d'un centenaire, chose rare partout, malgré qu'on
en ait, môme chez les Romains. Cet homme, qui nous dit son
nom (Prœcilius), celui de sa femme, de sa concubine ou de sa
maîtresse ( Valérie), le lieu de son domicile (Ci)ta ou Conslan-
tine), sa profession (agent de change, bijoutier, banquier, usu-
rier peut-être), après un petit mouvement d'orgueil constatant
l'influence qu'il exerçait, le crédit dont il jouissait, avoue bon-
nement ses faiblesses, d'ailleurs rachetées ensuite par une
conduite plus régulière.

Cette majeure partie de I'épitaphe, consacrée à des détails
biographiques tout mondains, fait place à quelques pensées
finales d'un ordre élcvé.el qu'on verrait figurer sans regret sur
une pierre lumulaire d'un autre âge. Quelle douce philosophie,
quelle touchante leçon de morale, quel sérieux avertisse-
ment dans les derniers mots de cette épitaphe, préparée de son
vivant par le défunt ! Assurément si, comme l'a prétendu
Oxenstiern, la dernière des vanités de l'homme c'est I'épi-
taphe, on ne saurait disconvenir que celle-ci ne rachète, par
une certaine bonhomie de fonds, ce qu'elle a, et seulement en
quelques endroits, d'orgueilleux dans la forme.

Ce monument épigraphique, quelque curieux qu'il soit d'ail-
leurs, ne doit pas, à notre avis, remonter au-delà du Bas-
Fmpire ou delà dernière période de la domination romaine en
loading ...