Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 3.1856/57 (1858)

Seite: 60
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9388.10
DOI Seite: 10.11588/diglit.9388#0072
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1858/0072
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
- 60 —

lôt les Chaouïas du voisinage pour en bâtir leurs chaumières.
J'imagine que cet avant-corps , qui semble ajouté après
coup, et dont les deux murs latéraux se juxla-posaient aux
parois du monument sans s'y engager, j'imagine dis-je qu'il
contenait, outre l'habitation des gardiens, divers accessoires
inconnus, et l'escalier par lequel on montait sur les gradins
et sur la plate-forme,

Le temps, aidé peut-être des efforts des hommes, a ouvert
dans celte puissante masse quelques brèches qui permettent
d'en mieux étudier la structure. Toutes les parties formant
parement sont d'un grés à grain fin d'une dureté moyenne,
d'une couleur grisâtre, posé par hautes assises, et dont chaque
pierre mesure de 7 à 8 dixièmes de mètre cube et pèse, par
conséquent, 1500 kilogrammes. Le demi lut saillant des co-
lonnes engagées est, dans chaque assise, d'une seule pièce
avec la pierre dans laquelle il paraît s'engager.

En arrière de cette solide paroi règne un revêtement inté-
rieur formé de plaquettes d'un calcaire cristallisé très-dur et
souvent rosé. Elles sont de dimensions si égales, et posées
avec tant de régularité, qu'il faut y regarder de près pour ne
les pas prendre pour des briques. Ces plaquettes sont posées
sans mortier, et l'épaisseur du mur qu'elles forment n'a pas
pu être mesurée, les écroulements n'en ayant attaqué que la
surface.

Les gradins portent la trace du scellement d'agrafes qui
ont réuni, de voisine à voisine, les pierres d'une même mar-
che, et ces traces sont surtout visibles sur la plate-forme.
Celle-ci s'est fortement alfaissée en son centre et il s'y est formé
un entonnoir de 0 m. 75 c. de profondeur.

Avec quelque attention qu'on examine le pourtour du Ma-
drazen, dans les parties écroulées comme dans les parties sai-
nes, on n'y voit aucune trace de porte et de galerie ayant pu
donner accès dans son intérieur; mais si, en s'aidanl despieds
i!l des mains, on parvient à s'élever parmi les décombres jus-
loading ...