Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 3.1856/57 (1858)

Seite: 76
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9388.11
DOI Seite: 10.11588/diglit.9388#0088
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1858/0088
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 76 —

mesure en longueur 1 m. 28 c, et en largeur 0 m. 49 c. Les
lettres ont 0 m. 13 c. de hauteur. L'inscription est précédée
d'une façon de dessin qui représente quatre palmes ou fleurs
allongées dans un petit encadrement.

Le corps d'Okba repose dans une tombe enduite de plâtre,
sur laquelle on a érigé une mosquée, devenue plus tard un
lieu célèbre de pèlerinage. Bien des croyants, même de race
berbère, vont y implorer la bénédiction de Dieu. Je ne con-
nais en Algérie que le tombeau du marabout Sidi-Bou-Médièn
qui puisse lui être comparé sous le rapport de la sainteté (i).
Par contraste, la superstition qui, chez les musulmans, comme
chez les chrétiens du moyen-âge, se fait presque toujours la
compagne des idées religieuses, a inventé un conte puéril
au sujet du minaret de la mosquée. Les gens du pays affir-
ment que celle lour tremble toutes les fois que l'on prononce
le nom de Sidi-Okba.

Les historiens rapportent que le général arabe fut massacré
avec ses compagnons en un lieu appelé Tehouda, qui se trouve
à 4 lieues S. E. de Biskara , sur les versants méridionaux
de l'Aurès. Voici en substance le récit de cet événement,
qui forme pour ainsi dire la première page des annales
de l'Algérie musulmane. Fascinés par les triomphes des
arabes sur les armées de Constaiilinople , les berbères cru-
rent facilement à la touie-puissance du Dieu qui les guidait.
En peu d'années il se soumirent au croissant. Mais, le prestige
s'cffaçanl peu à peu avec le souvenir de la victoire, la résis-
tance s'organisa sur une vaste échelle.

En l'an 55 (de J. C. 675), tandis qu'Abou'l-Mohadjer se
trouvait à Tlemcen, Koceïla s'était révolté et occupait le Ma-
greb-el-Aksa avec les Auréba et d'autres tribus. Vaincu par
Abou'l-Mohadjer il embrassa l'islamisme pour échapper à la
mort, et sa conversion lui mérita l'amitié de cet émir, qui se

(1) La biographie ou, pour parler d'une manière plus exacte, la nomenclature détaillée des
œuvrts miraculeuses de Sldi-lloa-Médlèn, occupe une grande place dans le Tekmilel ed-dibailjc
d'Ahmed-Baba le Tomboutficn. Je me propose d'en publier avant p:ni la traduction.
loading ...