Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 3.1856/57 (1858)

Seite: 80
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9388.11
DOI Seite: 10.11588/diglit.9388#0092
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1858/0092
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 80 —

Pendant plus de dix ans la salle des prières à été convertie
en écurie pour le service des spahis réguliers. Il ne reste
plus aujourd'hui de ce vieil édifice que la medrasa, où se
tiennent les séances de la société archéologique de la province
de Conslantine.

Toutes les épitaphes musulmanes commencent invariable-
ment par la formule Bism-illah errahman errahim, dont les
dix-neuf lettres sont destinées, suivant les docteurs, à former
autant de cuirasses impénétrables contre les dix-neuf démons
de l'enfer. Le prophète disait hautement que ces paroles peu-
vent à elles seules faire le salut du genre humain. Il enviait
même le bonheur des maîtres d'école et de ceux qui, par
leur position, sont appelés à les faire répéter aux autres (I).

(S0 3.)

—J *\j—*j—)\ j—,_5

\J—t—-*\p ^—9 Ij—*J

« Au nom de Dieu clément et miséricordieux. — Voici le
tombeau de Zohra, fille du cheikh Abou-Amrân-Mouça-ben-

(1) Descript. des monum. musul. du cabinet du duc de Blacas par M. Rcinaud, tom. 2, i>. 3.
loading ...