Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 3.1856/57 (1858)

Seite: 81
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9388.11
DOI Seite: 10.11588/diglit.9388#0093
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1858/0093
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 81 —

Aïça. Elle est déeédée un lundi de la seconde dizaine du mois
de choual, l'an 598 (1201). Que Dieu la reçoive dans sa mi-
séricorde. Qu'il rafraîchisse sa tombe et celle du passant qui
dira : Amen ! »

Epitaphe sculptée en caractères mogrebins, sans points
diacritiques, sur une pierre à double encadrement, qui se
voit aujourd'hui dans un des murs de la medrasa de Sidi'l-
Akdar. Les arabesques ainsi que les moulures dont elle est
ornée lui prêtent une certaine élégance. C'est en 1848 qu'elle
a été retirée delà mosquée de Sidi-Nerrèche, qu'on démolis-
sait dans le but d'ouvrir la rue Desmoyens. Je n'ai trouvé
aucun renseignement sur le cheikh Abou-Amran qui fut,
dit-on, un homme d'une piété exemplaire.

(N° 4.)

« Au nom de Dieu clément et miséricordieux. Que Dieu ré-
pande sa miséricorde sur notre seigneur Mahomet et lui ac-
corde le salut! — Est décédé Mohammed Ibrahim, le Maro-
cain, dans le mois.... de l'année 618 (de J.-C. 1221-1222.) »

Epitaphe sculptée grossièrement et sans points diacritiques
sur une pierre noirâtre faisant partie des premières assises du
mur de la grande mosquée, qui regarde l'occident, à quatre
mètres seulement de la porte principale du sanctuaire, bit-es-
salai. La présence de ce monument funéraire en cet endroit,
loading ...