Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 3.1856/57 (1858)

Seite: 94
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9388.11
DOI Seite: 10.11588/diglit.9388#0106
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1858/0106
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
vous laissez prendre au pèlerinage du pèlerin, je vous dirai :
que eeux qui ont un trou, aillent s'y cacher. » (1)

Le même proverbe existe à Tunis, mais sous une forme un
peu plus concise. Je le citerai tout au long, afin que l'on puisse
comparer les deux textes :

Quant à l'autre dicton, qui résume en quelque sorte la
pensée contenue dans le premier, il stigmatise d'un seul coup
et plus hardimentla fausse dévotion. On peut le traduire ainsi:

« Après avoir vu les lieux saints et bu de l'eau de Zem-
zem (2), il revient frais et dispos pour faire le mal. »

(N° 14)

0U M ±£ ôlîl T ^ Y JJ ^

pa-®^ Sr^27^ f-^ p3!^ ---J^ ^

(1) Le besoin d'être exact ra'a entraîné à reproduire les répétitions malicieuses du texte.

(2) Zemzem est le nom du puits situé près du temple de la Mckke. Les gens du peuple en
ont lait un verbe en manière de plaisanterie, et ils disent, comme on le remarque dans le dicton.
temiémer pour indiquer que l'on boil rte l'eau du pulls fac.rS.
loading ...