Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 3.1856/57 (1858)

Seite: 105
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9388.11
DOI Seite: 10.11588/diglit.9388#0117
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1858/0117
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
imitateur intelligent dans la personne de Salah-bey. Lorsqu'il
mourut, on l'enterra dans sa mosquée et l'on écrivit sur une
pierre taillée en manière d'ogive l'épitaplie suivante :

(K° >22.)

« Au nom de Dieu clément et miséricordieux. — Voici la
tombe de Hassan-Bey, fils de Hussein, mort en l'année H67
(de J.-C. 1753-54), au sein de la bonté et de la grâce du Dieu
vivant et éternel. Que la compassion du Très-Haut s'étende
sur lui ! »

Le mot Bek (5« ligne) est un mot turc dont les Arabes ont
fait bey et qui se voit dans plusieurs inscriptions, notamment
dans la dédicace de la mosquée de Sidil-Keltani. Du substantif
beV est dérivé l'adjectif beylik, qui est devenu le synonyme
de notre mot gouvernement.

(K° 23.)

8
loading ...