Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 3.1856/57 (1858)

Seite: 114
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9388.11
DOI Seite: 10.11588/diglit.9388#0126
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1858/0126
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— H4 —

1789 de notre ère. Je n'ai plus qu'un mot à ajouter. Recon-
naissant l'insuffisance des ressources locales, Salah-bey avait
eu recours à l'Italie pour les ouvriers d'art et pour les maté-
riaux. C'est de Livourne qu'ont été apportées à grands frais
ces faïences, ces lustres, ces marbres que nous admirons, et
les ouvriers de Constantine, si l'on en excepte les menuisiers,
n'ont cooporé à la réédiflcalion du temple hanéfite que dans
la mesure de leurs moyens, c'est-à-dire comme manœuvres.
Il en fut de même pour toutes les œuvres d'architecture qui
ont signalé ce long règne.

(K° 27.)

î il-X--.v>-)\ _ij_j&

ïiL^a. qijlJ\j ^,t'.^\ j^-'-?U
loading ...