Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 3.1856/57 (1858)

Seite: 118
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9388.11
DOI Seite: 10.11588/diglit.9388#0130
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1858/0130
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 118 —

que pendant la saison d'hiver le désert serait parcouru aisé-
ment par l'armée Turque. Cependant, vers la fin de l'année
•1788, l'impôt de Tolga, Bou-Chagroun, Zaatcha et autres
oasis avait été versé entre les mains du khalifat à Lichâna.
Le moment parut favorable à Salah-bey. Il vint prendre le
commandement des troupes près de l'Oued-djédi, et s'avança
avec quelques pièces d'artillerie jusqu'aux environs de Sidi-
Khelil, malgré une neige épaisse qui faillit l'engloutir. L'année
1204 (de J.-C. 1788) est désignée par les gens du pays sous
le nom de 'am et-teldj « l'année de la neige » (I).

Pour ne pas épuiser ses forces le long de la route, le bey
se contenta de châtier une seule oasis et marqua la place du
châtiment par un monceau de ruines. Le dix-huitième jour,
il planta ses tentes en vue de la capitale de l'Oued-Kir' que
protégeait un fossé profond et rempli d'eau. Les canonniers
établirent leurs batteries sur des esplanades construites en
troncs de palmiers et ouvrirent le feu contre la porte dite
Bab el-khadra, celle de Sidi-abd-esselûm et le quartier El-tellis
où est située la Kasba. Pendant ce temps là une partie des sol-
dats abattaient à coups de hache les arbres qui constituent la
richesse du pays. Le siège dura plusieurs semaines. Salah-bey
avait juré de ne pas lever le camp avant d'avoir détruit Tug-
gourt de fond en comble. La poudre et les munitions ne lui
manquaient pas. Sa volonté était une volonté de fer. 11 fallut
donc que le cheikh Ferhat comprît la situation. Un drapeau
blanc, signe de soumission, fut hissé an haut de la mosquée
appelée Djama-el-malekia. A celte vue le bey fit cesser le feu
et attendit les propositions de l'ennemi. Il fut convenu que
l'Oued-rir' payerait les frais de la guerre et verserait entre les
mains des Turcs un impôt de trois cent mille réaux bacetas.
Tel fut le résultat d'une révolte qu'avaient amenée la faiblesse

(1) C'est par erreur sans (toute que M. le général Datimas a écrit flans le Sahara algérien,
ce livre fait avec autant d'esprit que de science : « Tougourt a élé allaqrée il y a quarante ans
à peu près par Salali, bey de Conslaniinc » (page 133).
loading ...