Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 3.1856/57 (1858)

Seite: 120
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9388.11
DOI Seite: 10.11588/diglit.9388#0132
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1858/0132
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 120 —

et l'y garda à vue, dans la crainte que les gens de son parti
n'entreprissent quelque coup de main en sa faveur. Malgré celle
précaution, il fui assassiné lui-même par le chef de la milice.
Salàh-bey reprit le gouvernement : mais la plupart des officiers
du makzen, ne voulant pas compromettre leur avenir, aimè-
rent mieux attendre les événements que de se donner fran-
chement à sa cause. Cet état de choses ne dura pas long-
temps, car vingt jours après le meurtre d'Ibrahim, le Pacha
envoya un autre gouverneur, nommé Hussein, avec ordre de
meure à mort le rebelle. On dit qu'à celle occasion une
bataille sanglante éclata dans les murs de Constantine, où
Salah comptait encore beaucoup d'amis parmi les Turcs. Il
fallut que Hussein l'assiégeât dans l'ancien palais, compris
entre les rues Caraman, Çahoreau, et Combes. Or voici com-
ment des témoins oculaires m'ont raconté le dénouement de
cette tragédie. Lorsque Salah vit que la lutte devenait inégale,
il se rendit, à condition qu'on le laisserait sortir en compa-
gnie et sous la sauvegarde du Cheikh-el-islam. Cette grâce
lui ayant été accordée, il franchit le seuil de Dar-el-bey en
tenant un pan du burnous d'Abd-errahman-ben-Lefgoun , qui
était venu le trouver ; mais à peine avait-il fait quelques pas
dans la rue, que son protecteur donnant une secousse à son
vêlement, l'abandonna aux chaouches du Pacha, qui se préci-
pitèrent sur lui et l'étranglèrent. Il fut enterré dans la medrasa
de Sidil-Keltani. Son tombeau , est celui qu'on voit au fond
de la chapelle, à gauche de l'entrée. L'inscription est tracée
sur une table de marbre, surmontée d'un croissant.

(N° 28.)
loading ...