Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 3.1856/57 (1858)

Seite: 121
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9388.11
DOI Seite: 10.11588/diglit.9388#0133
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1858/0133
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 121 —

* La main qui te touche, sera exempte de contrariété
(refus).

» L'œil qui te regarde, est à l'abri de tout malheur. »

Ces deux vers sont brodés en or sur un sachet en velours
vert qui a appartenu à une des femmes de Salah-bey.

« Ceci est le sépulcre du vertueux jurisconsulte Ahmed-
ben-abd-eldjelil, que le Trè;-haut le reçoive dans le sein de
sa miséricorde ! — Il mourut le 21 du mois de safar, l'an
1201 (de J.-C. 1780). »

Inscription sculptée en caractères mogrebins sur une
planche posée à la tête du mort. Du côté des pieds, on lit
sur une tablette en bois, à peu près ronde comme l'autre,
deux vers bien h appés, dont la pensée hardie ne laissera pas
d étonner le lecteur qui s'est habitué à ne voir chez les mu-
sulmans qu'humilité et résignation.

(K° 29.)
loading ...