Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 3.1856/57 (1858)

Seite: 147
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9388.12
DOI Seite: 10.11588/diglit.9388#0159
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1858/0159
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
- i47 —

Sur deux autres cippes trouvés au même endroit. Le n° 22
est une épitaphe sculptée avec élégance sur une pierre bien
conservée.

(S" 84.)

D . 111 V I R . Q A E S T
T A N A É ET.R Y SI
AETEIt.HS.LX.N .
ATIS.ET.IIIVIR.ET.
A M .SECYRITA
ETRASTYLAM
NTIAE.DO
AED1L1TA
0 S . S C A E N I
11S S . LIB.PER
HALEM .CVM.STA
NI.AVG.QVEM.
C1TVS.EST.E0DEM.

L V XIT .

Hauteur de la pierre, 0 m. 46 c; largeur, 0 m. 17 c; en-
cadrement, 0 m. C c.

Cette pierre était enterrée à 6 mètres au-dessous du sol,
près des fondations du temple qui fermait la rue Cahoreau.
Mais à peine fut-elle rendue à la lumière, que l'entrepreneur,
sans se préocuper ni de la beauté des caractères, ni de l'im-
portance de ce document historique, la livra aux ouvriers,
et, lorsque j'arrivai pour en faire l'estampage, elle était déjà,
triste sort, transformée en évier. Il ne restait plus sur la
tranche qu'un tiers de l'inscription, celui de droite. Ce qui doit
augmenter nos regrets, c'est qu'on rencontrait là, pour la pre-
mière fois, le mot (T) ETRASTYLAM, accusatif de tetrastyla,
que les dictionnaires écrivent lelrastylum, et qui signifie un
lieu où se trouvent quatre piliers ou quatre rangées de co-
loading ...