Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 3.1856/57 (1858)

Seite: 150
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9388.12
DOI Seite: 10.11588/diglit.9388#0162
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1858/0162
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 150 —

gnalées ù cause de la dimension des caractères qui y sont
gravés. Il y en a une, par exemple, dont la surface est rem-
plie presque en entier par un C, qui mesure 0 m. 37 c. eu
hauteur, 0 m. 55 c. en profondeur, et 0 m. 3 c. pour l'épais-
seur du corps. L'autre n'a conservé que les deux lettres V S,
qui n'ont pas moins de 0 m. 25 c. de haut. Un peu plus tard,
les ouvriers du même service, extrayaient de la maçonnerie
d'une des culées deux pierres écrites, d'une taille inégale, mais
que l'identité des caractères nous oblige de rapporter au même
édifice. L'une d'elles contient la fin du mot TRA1ANI; sur l'autre
on lit le mot HAURIANI presque en entier. Les avis se sont
partagés au sujet de cette trouvaille. Quelques personnes ont
voulu y voir un débris de la dédicace du pont, sous le règne
des Antonins : mais cette opinion est d'autant moins soute-
nable, que la chiite du pont (I) aurait entraîné l'inscription, si
tant est qu'il y en ait eu une. Ce qui se rapproche beaucoup
plus de la vérité, c'est d'admettre que les deux pierres pro-
viennentde ladédicacede cet arc-de-triomphe que Peyssonnel
a vu et dessiné au bout de la plaine parallèle au ravin, et qui
était désigné par les indigènes, suivant quelque légende locale,
sous le nom de Kasr el-r'oula « le château de la Géante. »
Nous savons maintenant que l'architecte chargé par Salah-Bey
de rétablir le pont, commença par épuiser tous les matériaux
qui se trouvaient à sa portée, avant d'employer la pierre
tendre du Mansoura qu'il réservait pour le milieu de l'édifice.
C'est lui qui opéra la démolition de l'arc-de-triomphe.

II y a des semaines où la collection d'antiques établie en
contre-bas de la place Négrier (du Caravansérail) reçoit des
pierres épigraphiques par douzaines. La semaine dernière,
par exemple, n'a pas été la moins féconde, et je profiterai en
partie de cette récolle pour terminer ma liste.

(i) Consulter mon mémoire sur les antiquités dc.Constantine rourl'époquc de la destruction
des ponts par le gouverneur de celle ville, si tant est qu'il y en ail eu une (Annuaire archéo-
logique pour 1853.)
loading ...