Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 3.1856/57 (1858)

Seite: 159
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9388.13
DOI Seite: 10.11588/diglit.9388#0171
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1858/0171
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— t$9 —

Ue ce qui précède, nous pouvons tirer d'une manière cer-
taine les conclusions suivantes :

1° La position du conduit par rapport au niveau actuel de
la source, et les dimensions de ce même conduit prouvent
que le régime de source a été à peu près le même du temps
des Romains que de nos jours.

2° Les tuyaux en poterie des conduits secondaires étaient
placés bout à bout et tronconiques; de cette façon chaque
tuyau pénétrait dans le suivant sur une longueur de -i à 5
centimètres. Pour éviter les filtrations de l'eau par la capilla-
rité à la jonction des deux tuyaux consécutifs, le constructeur
avait eu soin de faire enduire les bouts, intérieurement et ex-
térieurement, de chaux grasse, et afin d'empêcher celte chaux
grasse d'être lavée peu à peu et enlevée par le passage conti-
nuel de l'eau, il l'avait fait entourer de linge et nouer d'une
ficelle. Nous avons en effet pu constater sur cette chaux les
traces faites par du linge ou quelque chose d'analogue et une
ficelle ou un ruban qui l'entourait. Sa couleur blanche et ses
autres qualités caractéristiques nous ont prouvé que c'était
de la chaux grasse pure. Les Romains connaissaient donc
déjà cette [qualité de la chaux grasse, de durcir et de pré-
senter tous les caractères de l'hydraulicilé lorsqu'elle est en-
veloppée et submergée complètement dans un grand excédant
d'eau courante.

3° Lorsque l'on entoure une source d'obstacles, son niveau
ne monte pas indéfiniment. Après avoir augmenté d'une cer-
taine hauteur, il s'arrête; et souvent, par suite du surcroît de
pression exercée dans l'intérieur de la terre et résultant de
cette augmentation de niveau, les eaux cherchent et trouvent
d'autres issues, ce qui produit pour toujours le tarissement
de la source. Les Romains n'ignoraient point ce phéno-
mène; ils avaient une idée très-exacte du danger que l'on
court de perdre complètement une source en surchargeant
loading ...