Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 4.1858/59 (1860)

Seite: 11
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9389.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.9389#0023
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1860/0023
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— di —

juin 411, sous la présidence du tribun Marcellin. Novatus, qui
n'était pas encore un des anciens de son église , ne joua dans
celle assemblée qu'un rôle secondaire, remarquable seule-
ment par la vivacité avec laquelle il déposa contre un des
membres du parti adverse.

Cinq ans après, il fut du nombre des soixante évêques qui
se réunirent en concile de Numidic , à Milan (Milcu), pour
condamner les hérésies de Pélage et de Célesle. Son nom fi-
gure immédiatement après celui de Possidius, l'auteur de la
vie de Saint-Augustin, dans la liste des signataires du rapport
qui fut adressé sur celte affaire au siège apostolique. Peau-
coup plus bas dans celte liste , rangée selon touie apparence
par ordre d'ancienneté dans l'épiscopal, se irouve le nom peu
usité de Lucillus, cl tout porte à croire que nous retrouvons
là le frère de Novatus, devenu évèque à son tour.

Enfin, dans le courant de mai 419, s'ouvrit à Carthage un
concile de la province proconsulaire, avec assistance de délé-
gués des autres provinces, parmi lesquels Novalus et un autre
évéque représentaient la Mauritanie silifienne. C'est dans
celle assemblée que, sur la demande même du primat de Nu-
midic, de qui relevait ia Mauritanie de Sélif, il fut décidé que
cette province serait désormais séparée de la Numidie et au-
rait son primat particulier ; mesure commandée , est-il dit,
par le grand éloignement des lieux.

Après le concile de 419, il nous faut franchir un espace de
huit ou dix années, pour retrouver notre évéque de Sélif,
dans la correspondance de Saint-Augustin avec le comte Da-
rius , négociateur de l'impératrice Placidie auprès du comte
d'Afrique Ponifacc. Nous touchons à l'une des époques les
plus intéressantes et les moins comprises de l'histoire d'A-
frique Celte terre , qui nourrissait Rome depuis cinq siècles,
va lui être enlevée par l'ambition du chef militaire qui avait
mission de la défendre.

On croit généralement , sur la foi de Procope et d'un ou
loading ...