Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 4.1858/59 (1860)

Seite: 13
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9389.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.9389#0025
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1860/0025
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
grand caractère d'Aèce ; mais elle esi bien digne des senti-
ments bas dont l'historien a fait preuve dans ses écrits.

Ce n'est pas à IVoeope qu'il faut demander aide pour l'in-
telligence de ce point historique; c'est à Saint-Augustin, dont
la correspondance nous fournit quelques jalons précieux , et
qui, par le témoignage irrécusable d'une lettre à Boniface
lui-même , nous initie clairement au caractère de ce général
et au mobile de sa conduite. II faut aussi se pénétrer du mé-
canisme de l'administration romaine et de l'état du pays où
se passent les événements.

Avant d'être revêtu des hautes fonctions du commandement
militaire en Afrique, Boniface y avait servi longtemps comme
simple officier. Olympiodore rapporte que le roi des Goihs
Alaulph, n'ayant pas reçu le subside en blé qui lui était pro-
mis par l'empereur Honorius, essaya de surprendre .Mar-
seille et fut repoussé par le célèbre Boniface. Si c'est le même
personnage, comme il y a tout lieu de le croire, on peut ad-
mettre qu'il avait été chargé de conduire à Marseille le convoi
portant Yannone d'Afrique, et alors ses services dans ce pays
remonteraient au moins a l'an 415.

Il se lia avec Saint-Augustin , peut-être dans cette circons-
tance même, car on a des raisons de croire qu'HippÔne était
le principal port d'embarquement des grains de la Numidie.
Vers 417, l'évêque d'Hippône lui adressa, sur sa demande,
quelques explications concernant les dissidences des donatistes
et des ariens avec les catholiques. C'est dix ans après qu'il
lui écrivit la lettre presque toute politique dont il a été ques-
tion plus haut.

Pendant la première période de son service en Afrique, Bo-
niface n'était qu'un des trente ou quarante officiers préposés
à la garde de la frontière de terre , depuis les Syrtes jusqu'à
l'extrémité de la Mauritanie césarienne. Il résidait à Tiibunûe,
aujourd'hui Tobna , en qualité de pracposittis litniïis lubunien-
sis. C'est en effet dans cette ville que Saint-Auguslin, acconi-
loading ...