Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 4.1858/59 (1860)

Seite: 14
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9389.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.9389#0026
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1860/0026
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 14 —

pagné d'Alypius , évéque de Thagaste , lui porla les consola-
tions dont il avait besoin après la mort de sa femme , et le
détourna d'entrer dans les ordres monastiques , comme il en
manifestait le désir.

La frontière tubunienne, facilement accessible, couvrait un
territoire des plus fertiles et des mieux cultivés, qui devait
être un objet de grande tentation pour les tribus du désert,
plus populeuses alors que de nos jours, et par suite exposées
à de terribles privations dans les longues sécheresses, d'au-
tant plus qu'elles n'avaient pas, comme à présent les no-
mades du Cbeikh-el-Arab, la jouissance de la vaine pâture
dans les hauts plateaux. Le commandement de cette frontière
constituait donc un service assez important, et le tribun Bo-
niface s'en tirait à son honneur et gloire. 11 châtiait Iesr. bar-
bares , tantôt avec de petits détachements, tantôt avec de
grosses colonnes, et, dans toutes les occasions , il faisait
preuve d'intelligence , d'activité et de bravoure personnelle.

Il y a loin de là, sans doute, aux conditions de la grande
guerre. Ce n'est point parce qu'on a battu quelques bandes
de maraudeurs ou forcé dans leurs repaires de pauvres mon-
tagnards à peine armés , qu'on est autorisé à se croire les la-
lents d'un général. Mais l'Afrique fut souvent le théâtre des
succès faciles et des renommées à bon marché, qui n'en pro-
duisaient pas moins d'insatiables ambitions. Boniface avait
tellement grandi dans l'esprit des populations, que chacun
l'appelait de ses vœux au commandement général de l'armée
d'Afrique; alors, disait-on, loin d'avoir à repousser les incur-
sions des nomades, on en fera des tributaires de la répu-
blique romaine. La suite ne justifia pas ces brillantes prévi-
sions. Boniface élevé aux honneurs ne fut plus le même
homme ; les vapeurs de l'orgueil et de l'ambition lui donnè-
rent le vertige , et il ne fit plus que des fautes. On a peine à
comprendre que des historiens aient cru pouvoir le mettre en
parallèle avec le grand Aèce, le vainqueur d'Attila et de tant
d'armées barbares.
loading ...