Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 4.1858/59 (1860)

Seite: 24
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9389.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.9389#0036
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1860/0036
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
r

— M —

pela aux fonctions de maître des milices en l'emplacement
d'Aèce, qui passait au consulat. Il paraît que l'énorme crédit
d'Aèce portait ombrage à Placidic et qu'elle cherchait à lui
donner un contrepoids dans la personne de Boniface. Elle
cul l'imprudence de les trop mettre en opposition, et ils ne
lardèrent pas à en venir aux mains (I). Boniface reçut une
blessure dont il mourut peu de temps après, en recommandant
à sa Pélagie de ne jamais se remarier qu'avec Aèce. N'était-
ce pas reconnaître , au moment suprême , la loyauté de son
adversaire ?

L'empire n'était plus en étal de lutter contre les Vandales.
Un traité de paix , conclu à Hippône lo 41 février 435, leur
assura la possession d'une partie de l'Afrique. Les historiens
ne spécifient pas l'emplacement du territoire concédé, mais il
semble facile de le déterminer approximativement.

Les Romains gardaient Cartilage et, nécessairement, la ré-
gion environnante ; mais Genséric était trop habile pour ne
pas apercevoir que la possession de celte capitale était indis-
pensable à sa sûreté et au développement de sa puissance. 11
n'attendait qu'une occasion favorable pour s'en saisir. Par-
venu jusqu'en Numidie, il se serait bien gardé de revenir sur
ses pas, de se confiner dans les Mauritanies situées au bout
du monde alors connu. C'était pour lui, d'ailleurs, une néces-
sité absolue, dans les premiers temps, que de tenir ses forces
concentrées. Ainsi l'établissement provisoire des Vandales ne
pouvait être ailleurs que dans la Numidie, principalement sur
la limite de la province consulaire. On va voir qu'ils n'avaient

(1) Un historien moderne , M. de Péligny, a cru qu'il s'agissait d'une
guerre, et son imagination a suppléé à la trop grande concision des chro-
niques , en faisant manoeuvrer des armées de romains et de barbares.
C'est un procédé qui devrait, dans tous les cas, être laissé au roman. Mais
ici, en examinant les textes avec la simple lumière du bon sens, on ne
peut pas trouver autre chose qu'un duel. Le mol môme de Jicllum , qui
existe dans une des chroniques, et qui paraît avoir Irompé cet écrivain, est
employé dans le sens de combat singulier par les auteurs du lîas-Ém-
pire. V. le Lexicon de Forcellini.
loading ...