Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 4.1858/59 (1860)

Seite: 27
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9389.4
DOI Seite: 10.11588/diglit.9389#0039
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1860/0039
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Plus que personne, nous sommes disposés à suivre les con-
seils de M. le Général Crculy aux amateur- d'épigraphie qui
sont en Algérie, lorsqu'il les avertit « du danger qu'ils courent
« à se lancer dans les sentiers scabreux de l'inierprélatinn,
« eux qui n'ont ni le temps ni les moyens nécessaires pour
• apprendre ce difficile exercice. »

En revanche, nous nous étendrons, autant (pie possible, sur
la partie descriptive et comparative ; nous ferons un exposé
détaillé de tous les matériaux que nous avons recueillis jus-
qu'à ce jour et que nous croyons mériter l'attention des histo-
riens et des archéologues, en y ajoutant des renseignements
de toutes sortes qui peuvent intéresser la géographie, la sta-
tistique et la colonisation du pays.

Tébessa (Thcvestc, al. Thebesle, Colonia), est située à 55°
30' de latitude Nord et 5° 45' de longitude Est (1), à 21-2 kilo-
mètres environ de Consianline et £00 kilomètres de Bône, au
pied des derniers mamelons du Djebel Ozmour ( a J -\), con-

trefort du Djebel Doukkane i^'-"^) . qui lui-même est une
des nombreuses ramifications de la grande chaîne de l'Auress.

Nous n'entrerons dans aucune discussion sur le nom actuel
de Tébessa qui est, sans contredit, la corruption du mot de
Thevcsle ou Thebesle, comme on le trouve orthographié dans
certaines copies des anciens itinéraires.

La frontière de Tunis , à son point le plus rapproché est de
18 à 20 kilomètres environ.

(1) Nous sommes loin de garantir Inexactitude mathématique, de ces
chiffres, ni celle des instruments qui nous ont servi a les établir. Sans
doute nos résultats subiront une modification notable lorsque , par une
détermination exacte du point où le méridien de Paris vient couper
notre continent africain, il sera possible de rattacher le canevas géodé-
sique de ce pays d'une manière fixe it ceilaine à celui de la mèrc-paliie.
Ce travail, qui nous paraît de la plus hante importance, serait la conti-
nuation de celui <pie Delambre, Méchain, Biot et Arago, ont fait pour la
Iran ce à la (in du siècle dernier et au commencement de celui-ci Nous
le signalons :i l'attention des savants, et nous faisons des vœux pour que
I Académie des Sciences le fasse entreprendre par un de ses membres.
loading ...