Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 4.1858/59 (1860)

Seite: 29
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9389.4
DOI Seite: 10.11588/diglit.9389#0041
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1860/0041
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 29 —

M. Lelronnc sur l'ai'c do triomphe cl les autres antiquités de
Thévéste; voici ce que dit ce savant sur son origine : « Re-
marquant que ni Slrabon ni Pline n'en ont fait mention, et
qu'on voit paraître pour la première fois son nom dans la géo-
graphie de Ptolémée, puis avec le litre de Colonia, dans l'iti-
néraire d'Antonin, j'ai cru pouvoir en conclure que, si réta-
blissement romain existait déjà lorsque Pline rédigeait son
livre, il devait être peu considérable et qu'il ne prit d'accrois-
sement qu'après Vespasien et Titus. Ce sont là, sans doute,
desimpies inductions historiques , qui ont besoin d'être con-
firmées par les inscriptions qu'on pourra découvrir plus
tard, à la suite d'une exploration complète de Théveste ;
cependant il était bon de les signaler d'avance à l'attention
des explorateurs. »

Celte exploration a eu lieu depuis et a confirmé les conjec-
tures, très-probables du reste, de M. Letronne. Les quatre
inscriptions les plus anciennes, trouvées jusqu'à ce jour à Té-
bessa, datent, en effet, du règne de Vespasien. Ce sont des
dédicaces de monuments élevés en l'honneur de ce prince et
de son fils Titus.

Nous n'en citerons qu'une seule, remarquable surtout parce
qu'on peut en déterminer la dale d'une manière certaine,
c'est celle qui figure sous le n° 3708 dans l'ouvrage de M. Re-
nier intitulé : Recueil des inscriptions romaines de VAlgérie :

retira pour réorganiser son armée , dans des lieux couverts et fortifiés
par la nature; il est prouvé, à peu près , que ces lieux devaient se trou-
ver entre Théveste et Macomalia, sans douic les montagnes situées entre.
Aïn-Beïda et le Djebel-Guelb. Nous avons visité ces lieux remarquables
par leur nspecl abrupt et sauvage, et ils nous ont paru on ne plus
propres à servir de retraite à une armée battue forcée de se retirer de-
vant un ennemi victorieux.

Quant à Tacfarinas, le théâtre de la guerre que Rome eut à soutenir
contre ee chef de bande, devait se trouver entre les monts Auress et la
petit» Syrie (Dureau de la Malle, Manuel algérien, page 18i). L'examen
de la carte suflil pour montrer que les environs de Tébessa font paitie du
territoire compris dans cette définition.


loading ...