Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 4.1858/59 (1860)

Seite: 47
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9389.5
DOI Seite: 10.11588/diglit.9389#0059
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1860/0059
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 47 —

quer la cella avec le pronaos, qui tous deux étaient de plain-
pied. Dans l'intérieur du temple on a trouvé quelques dalles,
mais elles étaient grossièrement taillées et nullement en har-
monie avec le reste ; il devait y avoir un pavé, soii en pierres
très-fines, soit peut-être en mosaïque : mais on n'en voit plus
la moindre trace. Il nous paraît impossible cependant que des
mosaïques n'aient pas existé dans un moiuimenl dont toutes
les autres parties sont exécutées avec tant de soin : c'était un
complément indispensable.

Le sol du naos était soutenu par trois voûtes dont la dis-
position est indiquée par mes dessins. Ces voûtes avaient 5m 50
environ de hauteur, sous clef; elles étaient en partie écroulées,
et depuis, on les a remblayées totalement. Quant à leur desti-
nation, nous ne pouvons nous livrer qu'à de simples conjec-
tures : on y renfermait peut-être les trésors du temple et les
ornements sacerdotaux, peut-être encore y célébrait-on cer-
tains mystères si fréquents dans l'antiquité païenne. Dans ces
derniers temps, ce monument a servi aux usages les plus
bizarres et les plus variés : successivement bureau du génie,
logement d'officier, cantine, prison, il est. actuellement trans-
formé en église chrétienne.

Ce temple était entouré d'un portique séparé du sanctuaire
par un espace découvert d'une largeur de 16 mètres dans un
sens et 24 mètres dans l'autre (planche II). Les parties
hachées sur notre dessin, indiquent les fouilles que nous avons
fait faire pour en constater l'existence. La façade principale
de ce portique, qui donnait sans doute sur une grande place^
est encore debout sur une longueur de 8 à 10 mètres. Nous
en avons dessiné l'élévation (pl. III, fig. 2). Le labyrinthe de
masures arabes , dont nous avons parlé , avait empêché jus-
qu'ici cet annexe du temple d'être reconnu par les explora-
teurs qui nous ont précédé.

Comme architecture, le monument dont il s'agit est dans
le et vie corinthien, et ses proportions sont des meilleures de
loading ...