Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 4.1858/59 (1860)

Seite: 68
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9389.5
DOI Seite: 10.11588/diglit.9389#0080
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1860/0080
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— m —

probabilité. Ce qui précède lève toute incertitude à cet égard
et en fixe le nombre à deux irrévocablement. Les deux Au-
gustes dont parle l'inscription ne peuvent être que Géta et
Caraealla. I.e monument a donc été décrété et son exécution
commencée dans le court espace de temps pendant lequel ces
deux empereurs ont régné simultanément, c'est-à-dire en 2H
ou dans les commencements de 212 au plus tard. Nous savons
déjà qu'il a été terminé vers 214-215; il a donc fallu près de
trois ans pour le construire.

Ce qui est démontré aussi, c'est que l'intention primitive a
été de consacrer la façade Nord à Géta et de la surmonter do
la statue de ce prince. Un seul point reste dans le vague : par
quelle statue celle de Géta a-l-elle été remplacée, quand on a
inauguré le monument? Notre opinion que c'était ou la statue
de Seplime-Sévère ou celle de la déesse Minerve, semble con-
firmée par l'inscription même qui, toutefois, ne précise pas à
laquelle de ces deux hypothèses il convient de donner la pré-
férence.

2,M Çfidicjje — Une deuxième somme de deux cent cinquante
mille sesterces sera consacrée à donner des bains gratuits à tout
le peuple dans l'établissement des thermes.

Ajoutons tout de suite qu'une dernière inscription , sur le
pied droit Nord-Est , vis-à-vis celle qui nous occupe, indique
minutieusement tous les jours de l'année auxquels ces bains
gratuits étaient octroyés. Ces jours sont au nombre de G4, et
inégalement distribués dans les différents mois. Quant à l'ins-
cription, nous croyons inutile de la rapporter ici en son entier;
elle a pour titre : Dies gymnasiorum in leslamento Cornelii
Egriliani, et figure dans l'ouvrage déjà cité de M. Renier sous
le n° 3,086.

Ces bains n'étaient pas donnés une fois pour toutes; nous
croyons plutôt que tous les ans, aux jours indiqués, le peuple
y avait droit. Le legs était donc annuel ; on doit en conclure
loading ...