Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 4.1858/59 (1860)

Seite: 70
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9389.5
DOI Seite: 10.11588/diglit.9389#0082
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1860/0082
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 70 —

Au chapitre des receltes, la balance de ces 171094 sesterces
s'établissait :

1° Par les 30,000 sesterces d'Egrilianus ;

2° Par d'autres donations peut-être qui nous sont restées
inconnues;

5° Par le produit des recettes des bains non gratuits qui se
payaient sans doute à un prix supérieur à celui établi plus
haut.

Nous ne nous étendrons pas davantage sur les considéra-
tions de toutes sortes auxquelles cette partie de l'inscription
peut donner lieu. Elle suffirait pour prouver, si nous ne le
savions déjà, l'existence d'une vaste administration financière
régulièrement constituée, dont une branche devait faire partie
de celte admirable organisation municipale qui, loute seule
peut-êire, préserva l'empire d'une dissolution complète pen-
dant la grande anarchie militaire de 235 à 284, et qui, certes,
l'ut dans le siècle suivant, l'obstacle principal pour en retarder
la chiite définitive.

En même temps, si nous suivons un ordre d'idées différent,
que penser d'une nation où le dernier des citoyens d'une ville
de province avait droit annuellement, par un legs de particu-
lier, à soixante-quatre bains graluiis, outre ceux, peut-être,
que lui accordaient déjà les institutions locales existantes'?
Des mesures semblables, dans un but d'hygiène publique ,
sont louables sans doute , mais, poussées à l'excès, elles dé-
génèrent en mollesse et conduisent infailliblement un peuple à
la décadence. Pouvait-on espérer encore quelques services
militaires d'un soldat qui avait contracté de pareilles habi-
tudes efféminées? Ou plutôt, était-il possible seulement qu'un
tel citoyen consentît encore à faire le rude métier de légion-
naire ? Mélange bizarre de force colossale et de faiblesse dé-
fWnbje! H était temps que l'édit de Caracalla fût promulgué
loading ...