Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 4.1858/59 (1860)

Seite: 81
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9389.5
DOI Seite: 10.11588/diglit.9389#0093
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1860/0093
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 81 —

plupart en marbre blanc et de l'ordre corinthien, que chaque
coup de pioche, pour ainsi dire, fait découvrir.

Leurs dimensions excessivement variables, leurs sculptures
Plus ou moins achevées, depuis l'état de simple galbe jus-
qu'aux formes les plus déliées et les plus élégantes, indiquent
suffisamment qu'ils remontent à des époques différentes et
devaient appartenir à des monuments parfaitement distincts
les uns des autres. Nous avons vu, entre autres, plusieurs
débris de ces chapiteaux dont le module était de 0m60, ce
qui donnerait une hauteur de colonue de près de 12 mènes.
En y ajoutant 5 mètres environ (8 modules environ) pour le
piédestal, et 3 mètres (5 modules) pour l'entablement, on
arrive au chiffre respectable de 20 mètres au minimum, non
compris Panique ou le fronton, pour la hauteur de l'édifice
dont ces mêmes chapiteaux faisaient partie.

Aucun auteur, à noire connaissance, ne parle de Tliéveste
d'une manière détaillée. L'histoire de cette cité est gravée sur
'a pierre ; c'est celle des monuments que nous venons de dé-
crire. En les examinant avec soin, en les étudiant sans cesse,
en les comparant aux autres ruines si nombreuses, qui sont
éparses sur le sol algérien, on parvient à se faire une idée
approximative de cette civilisation romaine, si différente de la
nôtre, qui, pendant six siècles, domina dans tout le Nord du
continent africain, et dont les traces, douze siècles plus lard,
servent encore de leçon et d'enseignement à noire colonisa-
tion française.

La position stratégique de ïhévesle était très-importante :
au point de vue offensif, placée au pied des derniers contre-
forts de l'Auress, elle pouvait servir avantageusement de base
d'opération pour manœuvrer soit au Nord, soit au Sud de
celte chaîne de montagnes. Cette position n'avait certes pas
échappé aux premiers généraux romains chargés de la con-
quête du pays, et il n'est pas impossible que cette considéra-
tion ait ete, dans le principe, une des causes déterminantes

6
loading ...