Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 4.1858/59 (1860)

Seite: 105
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9389.7
DOI Seite: 10.11588/diglit.9389#0117
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1860/0117
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 105 —

funéraires « lucemae » qui sont au nombre de cent quarante,
nous ont paru mériter une description détaillée. 11 y en a
quelques-unes qui représentent des sujets traités avec une
habileté remarquable; presque toutes sont ornées de dessins
en relief.

N° 595. — Lampe en argile blanchâtre, de forme ronde,
concave à sa partie supérieure. Sujet: un bestiaire debout,
vêtu d'un caleçon, luttant avec un animal, qui se dresse sur
ses pattes de derrière et saisit avec sa gueule le bras droit de
l'homme.

L'animal ressemble à un loup. Une anse et un bec. Long.,
°'n10, larg., O07.

N° 575. — Lampe en terre rougeâlre et lourde ; elle forme
un cercle que dépassent, d'un côté, l'anse en manière de
boucle et, de l'autre, un bec légèrement évasé. Sujet: un char
M'aîné par deux chevaux en course, la tète ornée de panaches.
Sur le char, un homme debout, tenant de la main droite une
couronne de laurier et delà gauche, une palme. Ce qui ajoute
au mérite de cet objet, c'est qu'on en voit facilement tous les
détails. Sur le fond, on lit les noms du potier, imprimés en
abrégé : CMAREVP. M. Léon Renier les explique ainsi : C(aii)
Mar(ii) Eup{repelis) (I). Long. 0m 11, larg. 0"'075.

'1) huer, romaines de l'Algérie, n° 4.,250. Une lampe ilu Musée de
Leyde, provenant de la Agence de 'l'unis (Voy Jaussen, Musée Lugd Ba-
tav. inscr., pl. XXX, i>° lôG , porte pour signature : GMKVPO. La resiitu-
|ion de ceux-ci doit donc être ainsi corrigée : G (aii) Evp (ori). Du reste,
il est probable que le fabricant de ces lampes n'était pas africain, et Ton
Peut conjecturer qu'il habitait lu Campanie ; car c'est dans celle contrée
que se rencontrent le plus fréquemment les lampes portant sa signature ou
son cachet. Voy. M. Monimsen , Inscrip. Ucap , n" G,508 (.21,22', Inscr.
Belvet., 350 (-20)

_ 9" sail (pie les signatures de potiers romains trouvées en France, en
Musse, en Angleterre et sur les bords du Kliin, consistent presque lou-
m'1I S «" ''" MII'no,n. soit seul, soil précédé ou suivi des sigles OF, oflicina;
M ou M AN, Manu; F, fecil ou figlina, suivant que le nom est au nomi-
natit ou au génitif ; fec, fecil; F1G, figlina, etc. 11 n'en est pas ainsi de
cènes que I on trouve en Italie et en Afrique ; on n'y remarque aucun de
ces sigles, et elles contiennent ordinairement en abrégé les trois noms de
l artisan : son pronom, son nom de famille et son surnom.
loading ...