Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 4.1858/59 (1860)

Seite: 125
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9389.9
DOI Seite: 10.11588/diglit.9389#0137
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1860/0137
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 125 —

statua aerca Fndtilgentiac domini nostri, fixas in honore aedili-
latis et Iriumviralus posuit, et hidos scaenicos diebus septem quoi
cum missilibus per quator colontas edidit, arcum triumphalem
curn statua aerea Virtulis domini nostri Anlonini Augusti, quem
ob honorera quinquennalitatis pollicitus est, eodem anno sua pe-
curiia extruxit.

Celte inscription exhumée le 17aoûi, dans une ancienne
maison que l'on faisait reconstruire au coin de la rue Caho-
"'eau, nous révèle enfin le surnom du Praefcelus des quatre
colonies cinéennes dont on ne possédait encore que les der-
nières lettres. Avec ces éléments incomplets, MM. Léon lle-
«ier et le général Creuly avaient lu, le premier VITALIS et le
second FATAL1S. Aujourd'hui il devient évident qu'il était
surnommé NATAL1S.

Il n'est pas sans intérêt de faire connaître ici que l'on
avait déjà trouvé à Constanline trois copies gravées sur pierre
du document épigraphique qui nous occupe. La découverte
du plus ancien remonte aux années 1844 et 1850, c'est-à-dire
qu'on en avait recueilli les fragments à six ans d'intervalle,
dans deux quartiers différents. Le second exemplaire fut ra-
massé dans la cour de la maison bâtie en 1852 par M. l'abbé
l'arabère, rue Danirémont. Malheureusement, il y manquait
presque quatre lignes et le surnom du fonctionnaire avait
disparu. Quant au troisième exemplaire, qui emporte nies
regrets, il était d'une conservation parfaite. La face antérieure
de la pierre ayant été posée probablement à l'époque du Bas-
Empire, dans un massif de maçonnerie et préservée du con-
tact de la pierre inférieure par un encadrement qui fait saillie,
les lettres n'avaient éprouvé aucune lésion, comme on peut
e" juger par ce qui reste. En dépit de l'activité que je déploie
pour servir les intérêts de notre société archéologique , j'ar-
rivai trop tard sur le chantier qui avait fourni le récit com-
plet des munificences du praefeclus Natalis. L'entrepreneur
avait deja fait tailler le précieux monument pour sa bâtisse.
loading ...