Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 4.1858/59 (1860)

Seite: 161
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9389.9
DOI Seite: 10.11588/diglit.9389#0173
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1860/0173
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
vains anciens, le nom des deux grandes tribus qui compo-
saient l'empire numide, les Massyliens et les Massésy liens, et
■es noms propres de Massinissa, Massiva, Massugrada (1). Or,
dans la langue des Berbères, le mol mes désigne un fils. N'est-
pas naturel de croire que les Berbères mettaient souvent
0,1 tête des noms de leurs tribus, le mot qui signifiait les fils
<*e-9. ■. C'est ainsi que les mots benou et ivelcd (oulcd), qui ont
'u même sens, précèdent toujours les noms des tribus arabes.
Que ce nom ait également été placé en tête des noms d'hom-
mes, la chose, à coup sûr, n'a rien d'étonnant. Les Arabes
SOt't aussi dans l'usage de désigner un homme en supprimant
son véritable nom, et en mellaut le mot ebn (en vulgaire ben),
fils, devant le nom de son père ou de son aïeul. »

N" 96.

D M
LVALËR!
VS AGRIA
NVSVALXXV
H S E

Ois manibus. Lucius Valerius Agrianus vixit annis sepluaginta
Witique. Hic situa est. « Aux dieux mânes. Lucius Valerius,
surnommé Agrianus, a vécu 75 ans. Ci-gît. » Sur un beau
tfppe.

Ar''1 ^oulons a celte Hslc les noms de Masali (tribu do la Mauritanie) ;
Zhl M a' ''ls- dB Massinissa i et Maslar, ancien nom du district des Beni-
« H f i Je S'ane éoril t'ans so" Histoire des Vcrbcrcs, tome 4. p. SOO :
' . ''" supposer que le mot dont la syllabe mas ou mis est suivie, re-
' . °, "om POitc par la môre de l'individu ainsi désigné. Autrement,
(le fli« h>j2 > ex|'li(!U('r pourquoi le fils de Gula se nommait Massinissa
U nnmc ,i 'i^0UIl|uui trois «ls Je ce dernier roi étaient désignés par
Jugurtha ™-iaï,T°?neS\mcipsa et Matgaba, pourquoi enfin le fils de
'ugurma poitait le uom de Masinlha »

II
loading ...