Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 26
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0040
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0040
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 26 —

démontrent, si je ne me trompe, la destination sépulcrale
et, par suite, le sens funéraire de la formule précitée ; pour
tous ces motifs, j'espère qu'on ne me saura pas mauvais gré
d'en reproduire ici in extenso la transcription et l'analyse,
comme il suit :

L

Domino Baali [lia) mmani. Ferclrum
oneris lapidis. Bini in Malac-
a principes viri,

prout auclierunt, imprecatione consecraverunt.

Ce qui constitue la teneur spéciale de ce texte, c'est la
série des lettres pis, KUj. On la retrouve, un peu plus
ou un peu moins modifiée orthographiquement, dans un
assez grand nombre d'autres inscriptions découvertes ex-
clusivement, je le répète, à Guelma. Les éléments radicaux
sont : \ j ^ \ v±J J j><_>, que l'on doit, je crois, séparer

ainsi : ^\ fi dJLj , c'est à savoir : In Malaca prznwps
vir... Je vois dans Malaca le nom original ou punique delà
ville, transformé en Calama par les Latins habitués à lire
de gauche à droite, contrairement aux Phéniciens qui écri-
vaient et lisaient de droite à gauche : on ne manque pas
d'exemples de pareils renversements. Pour plus de dévelop-
pements sur ce point spécial, je prie les lecteurs de consul-
ter mes Nouvelles Éludes, etc.

jjtf , pour l'hébreu vir, se trouve indubitablement
dans une inscription bilingue (phénicienne et grecque) dé-
terrée à Athènes et conservée aujourd'hui à notre Musée du
Louvre.
loading ...