Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 43
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0057
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0057
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 43 —

répète, j'avais moi-même été d'abord et naturellement
porté. Il y a, d'ailleurs, pour cette impossibilité, outre le
fait matériel, une preuve d'induction : c'est que, dans la
manière de voir de ces auteurs distingués, le même mot
serait écrit de deux façons, ^5! et ^o.^, à la première et à
la seconde ligne. Cette diversité d'orthographe me paraît
inacceptable sur un même monument. Enfin , divers noms
propres témoignent de l'effective association des qualifica-
tifs dont il s'agit; il serait inutile d'insister sur le nom
à'Hannibal, qui correspond , bien qu'avec inversion , à
^^xf • Quant à Jjsj ^-^» nous le retrouvons littéralement
dans Stembal (Stembalos de Polybe^ Stembas de Suidas),
nom du dernier des fds de Massinissa, car on sait que le
tsadé hébreu et phénicien se rendait souvent en grec par si,
et l'époque où ce nom propre se montre dans l'histoire
coïncide précisément avec celle à laquelle paléographique -
ment on peut faire remonter l'inscription dont il s'agit *.

Par contre, à la seconde ligne, la correction de M. Lévy,
U*à, au lieu de que j'avais lu, est inattaquable, et il en
résulte un curieux rapprochement avec plusieurs inscrip-
tions de Garthage qui commencent ainsi : <1^>£
J.xJ ^j-^j J^.-5 ' dominœ Tcmiti, faciei Baalis, et do-
mino Baali Hammani. Dans notre texte, J.»j L*s est une
modification orthographique de Jju ^2, par suite des
transformations de la langue punique chez les Numides. Ce
rapport me détermine à lire immédiatement auparavant,
pour nom de la divinité, vJUi?, Tanit, au lieu de >j^Xi»,
Milcat, que j'avais d'abord adopté : cette dernière leçon me

1 Les mêmes éléments se reproduisent dans le nom d'un autre fils de
Massinissa, Mastanabal, On s'est en effet trompé en supposant en tête de ce
nom la syllabe Mas, dont on se préoccupe depuis quelque temps; il doit se
décomposer ainsi : Màstan Bal, Clypeus Baal, et Mastan lui-même est
formé de la syllabe servile ma, et de stan, tel que nous le voyons au début
de notre inscription.
loading ...