Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 48
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0062
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0062
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— us —

mentum, etc. Dans ce cas, œternitas pourrait être pris, soit
abstractivement pour l'existence après la mort, soit concrè-
tement pour la demeure éternelle : J! ^L»

, Quia ibit homo ad dumum œternitatis suce, dit YEc-
clésiaste, xn , 5.

s_ç£l> me paraît se rapporter à (_jSl, omis imposuit, ad

opus impulit, sollicitavit, au nipb. par conséquent, onustus
fuit, sollicitatus fuit, dans une acception détournée, pour le
cas dont nous nous occupons, semblable à celle de notre
langue se charger, être chargé (de faire une chose). J'ai
adopté dans la traduction l'acception clelegaril, afin de me
rapprocher d'une locution usitée dans l'épigraphie funéraire
des Latins. Le verbe est au futur; mais je pense qu'on peut
donnera ce futur le rôle d'un prétérit défini, en considérant
que, d'une part, la délégation a eu lieu à un temps déter-
miné, celui de l'érection du monument, et, d'une autre part,
l'effet ne doit en réalité se produire que dans un futur
contingent.

Je fais du groupe suivant La, à l'exemple de M. Lévy,
un nom propre déjà connu antérieurement par une inscrip-
tion de Carthage reproduite dans les B.ech. sur Vemplacem.
de Carthage, par Falbc, pl. V, n°3, et dans le grand ouvrage
de Gesenius, lab. XVII, n° 5.

Enfin , le dernier mot, qui compose seul la cinquième li-
gne, J^i, me paraît ne pouvoir être qu'une aphérèse pour
répondant à l'hébreu ^--^ > sculpture. Mais je ne me
dissimule pas que cela peut laisser du doute dans plusieurs
esprits. Je ne trouve cependant pas de meilleure solution.

1 On trouve pareille explication pour le nom du prophète Amos dans les
Syrisch. studien, de M. Berstein, Deustch. Morgenîandischen Gesellschaft,
1849, p. 428, en ces termes : « Amos, h. e. legatus, vel mandahis. Hébr.

'als. partie. — Fornl pass. von ^•<s- genommen, oneratus,
onus, mandatum habens imposition, mandata (Dei; referens, vgl. d.
Franz, chargé. »
loading ...