Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 50
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0064
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0064
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 50 —

miler à celle qui commence le nom, en diffère cependant par
le prolongement inférieur de la ligne de droite. Cette figure,
rapprochée du trait précédent, forme avec lui un ensemble
qui a d'une manière frappante la physionomie d'un samech,
bien qu'il manque peut-être un trait obliquement intermé-
diaire. Je pense donc sans hésiter que c'est réellement un
samech, et alors le nom peut signifier : Il les fortifiera, en
parlant probablement des parents. Au surplus , comme il
s'agit d'un nom propre, cela n'affecte point le sens général
du contexte. Là où devait se trouver la fin du second nom
propre, existe une lacune produite par l'extension de l'écail-
lement de la pierre dont j'ai parlé à l'occasion du point
correspondant de la première ligne; il me paraît probable

qu'il y avait cu^->\ Tanit, d'où le nom entier Bodtanit,
qu'on trouve, avec ou sans Vain, sur plusieurs autres mo-
numents. Cet ain est épenthétique, comme dans tant d'au-
tres cas, et le nom, comparable à celui de la Bible Bedhia,
signifie part de Tanit, c'est-à-dire consacré à Tanit. La pre-
mière figure qui vient après la lacune a, à gauche, un se-
cond jambage descendant qui ne peut être qu'accidentel,
car sans cela il ferait de la lettre un hé de basse époque, et
cela me paraît de toute invraisemblance dans cette partie
de l'inscription ; je pense donc qu'il faut faire abstraction
de ce trait et ne voir dans la figure qu'un beth de forme
normale. Au caractère qui vient deux rangs après et que je
transcris par kaph, la boucle de l'extrémité supérieure n'est
que très-faiblement visible ; cependant l'examen de six es-
tampages ne me laisse pas de doute sur son existence.
Enfin, au bout de la ligne, sur le bord d'une brisure de la
pierre, on distingue facilement les restes d'un lamed. •

y*, qui se lit, si je ne me trompe, dans cette seconde
ligne, est, je crois, pour Lsy»; qui se montre avec le sens le
médecin dans une des deux inscriptions trilingues de Leptis
loading ...