Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 60
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0074
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0074
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 60 —

Cependant, de même que dans les épigraphes latines, ce
qui est souvent indiqué par sigles ou par un mot sacra-
mentel est quelquefois développé, dans l'épitaphe phéni-
cienne du roi de Sidon Esmounazar on trouve les détails de
l'imprécation et de la bénédiction, ainsi que je l'ai déjà fait
observer dans mes Nouvelles études, etc., en ces termes :
« Le roi, après avoir indiqué la durée de son règne, sa fi-
liation, les circonstances de sa mort, conjure de ne pas
violer son sépulcre, et il énumère les actes qui consti-
tueraient la profanation ; puis, s'adressant au lecteur de
l'inscription, il ajoute : « Si quelqu'un te conteste (ce que je
« viens de dire), ne crois pas son mensonge, car celui qui...
« (ici reviennent tous les détails de la profanation), qu'il n'y
c ait point (ou il n'y aura point) pour lui de lit parmi
« les morts, et qu'il ne soit point enseveli dans un sépulcre,
« et qu'il n'y ait pour lui ni enfant, ni postérité, et qu'il soit
« exclu de la présence des saints par le Grand qui a pou-
« voir pour interdire l'entrée! Autorité ou homme de la
« foule, quel que soit le profanateur (j'abrège), qu'il n'y ait
« pour lui de racines en bas, ni de fruits en haut, ni aucune
« figure dans la vie sous le soleil! » Alors le monarque
expose les motifs qui doivent attirer le respect sur sa der-
nière demeure en revenant sur les circonstances de sa
mort et les principaux actes de sa vie, puis il achève ainsi :
« Toute autorité ou tout homme de la foule qui s'abstient,
« etc. (nouveaux détails de la violation), qu'El (Saturne) ne
« les exclue pas de la présence des saints et ne les séques-
« tre pas, et que leur postérité dure à toujours ! » Voilà donc
l'imprécation et la déprécation, la malédiction et la béné-
diction. La malédiction est en tète, comme dans nos épi-
graphes d'Afrique, et il y a plus : l'inscription est double ;
elle est gravée, telle que je viens de la résumer, sur le cou-
vercle du sarcophage, puis reproduite au chevet du cer-
cueil ; mais ici il n'y a que la première partie, la malédiction.
loading ...