Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 62
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0076
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0076
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 62 —

est d'ailleurs certain que cette valeur ait toujours été abso-
lument exclue de l'usage hébraïque, ou si, au contraire, elle
ne donne pas la solution de cette locution, I. Samuel,
xx, 12 : c^~^*2> jst*, que les meilleurs interprètes s'ac-
cordent à rendre par demain ou après-demain, mais en
supposant la particule disjonctive non exprimée, sous-
entendue, et en se mettant ainsi dans l'impossibilité d'expli-
quer le hé préposé au second mot seulement, tandis que
l'on pourrait le considérer précisément comme réalisant la
particule disjonctive. Mais ce qui m'a toujours paru présen-
ter une objection sérieuse, c'est la valeur alphabétique du
hé attribuée à la figure de l'inscription maltaise. Il est
certain que cette figure doitbeaucoup plus naturellement être
prise pour un iod. Dans ce cas, aucun fait n'ayant encore dé-
menti ma supposition qu'en phénicien l'adformante de la
3e pers. plur. masc. du prétérit est le mem, marque aussi du
pluriel masculin dans les noms, il en résulterait un futur à
la suite d'un prétérit; or, dans une phrase semblable, cette
combinaison peut très-bien remplacer deux prétérits, en
sorte qu'on n'est pas moins autorisé à traduire : Ils ont
maudit, ils ont béni, c'est-à-dire : Ils ont consacré. Que si
de nouveaux monuments venaient démontrer l'existence
d'une inflexion différente pour la personne verbale dont
il s'agit, l'autre alternative de participes équivalents à des
. prétérits avec l'intermédiaire d'un hé disjonctif me paraîtrait
encore, avec l'appui surajouté des faits et considérations
ci-dessus, l'interprétation la plus vraisemblable, en raison
de l'autorité des concordances formulaire .

CONFIRMATION PAR LES CIRCONSTANCES AFFERENTES.

La destination d'un monument antique peut, indépen-
ment des données épigraphiques, se déduire de la forme de
ce monument, des ornements qui le décorent, des circons-
loading ...