Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 85
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0099
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0099
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
lever les mains en signe d'imprécation est aussi exprimé
textuellement, sans que les mains aient été gravées sur la
pierre. En considérant que dans ce cas, comme dans le
premier des deux précédents, il s'agit d'un enfant mort à
la fleur de l'âge, à vingt ans ; que, dans un autre, où Ton
voit une tête d'enfant entre deux mains ouvertes en avant,
il est question d'un enfant mort beaucoup plus jeune en-
core, mais sans que le texte contienne aucune plainte, le
savant théatin conclut que la présence des mains sur un
tombeau est un signe d'imprécation pour se plaindre d'une
mort regardée comme prématurée. Mais il a trop étroite-
ment spécialisé sa déduction. Rien n'indique qu'elle doive
s'appliquer au dernier cas, dont le texte ne s'écarte nulle-
ment des formes ordinaires. Moins encore peut-elle s'adap-
ter aux autres monuments qui se distinguent aussi parla
présence des deux mains levées. Dans l'un, en effet, il pa-
raît s'agir de trois fds qui ont construit avec une profonde
douleur un tombeau à leur mère très-douce : cela n'im-
plique pas pour celle-ci un âge fort jeune. Dans un autre,
une femme rend les devoirs funèbres à son époux, sans
que l'âge de celui-ci soit énoncé. Sur un troisième monu-
ment, conservé au cabinet des antiques de noire Biblio-
thèque Impériale, on voit une image de femme qui ne pa-
raît pas d'une extrême jeunesse. Enfin, le dernier est celui
qui présente l'invocation au Soleil : ici, il est évident qu'il y
a une imprécation, mais elle a un objet différent de celui
indiqué par le P. Paciaudi.

Ce qui ressort de l'examen comparatif de ces monuments,
c'est que :

1° La représentation des deux mains levées et ouvertes
en avant y a un sens funéraire, puisque tous ces monuments
sont des tombeaux : dès lors, on peut supposer que la main
isolée de nos cippes africains a le môme sens.

2° Ce sens consiste en une allusion à des paroles sacra-
loading ...